Pas besoin d’être un photographe professionnel pour apprécier les belles photos. Pas besoin d’être ou de devenir un photographe professionnel pour apprendre et arriver à en faire ! Voyons en quelques lignes comment apprendre le B.a-ba de la photographie et faire de vous de meilleurs photographes.

Le B.a-ba de la photo

En y réfléchissant, cela aurait été plus logique que mon premier article sur ce site soit celui-ci, mais comme souvent, nous avons envie d’aller plus vite que la musique et ce n’est qu’après coup que l’on réalise. Alors soyez plus futés que moi et lisez ce qui suit avant de vous lancer dans des guides avancés ; )

La règle des tiers:

Prenez votre image et divisez la en trois parties égales, dans la hauteur et dans la largeur (l’on obtient 2 lignes de force horizontales, 2 autres verticales ainsi que 4 points forts aux intersections de celles-ci).

La règle est simple, l’on  divise l’image en deux parties, l’une 1/3 et l’autre de 2/3, sur la largeur ou la hauteur suivant les cas. Même si vous n’avez pas trop suivi en cours de maths cela devrait aller ^^. Quand aux guides (quadrillage), ils sont normalement disponibles sur tous les appareils et sur tous les mobiles (via les paramètres).

La règle des tiers sert à obtenir un bon équilibre dans les images, faciliter la lisibilité et renforcer l’impact de notre sujet.

 

En photographie de paysage, nous utiliseront la règle des tiers pour partager le paysage du ciel, renforcer leur impact respectifs et améliorer la lisibilité.

 

Regle_Tiers-Ciel - 1

-2/3 pour le ciel et 1/3 pour le « sol »:

Afin de renforcer l’impact du coucher de soleil que vous photographiez, il est important de laisser le tiers inférieur de l’image au « sol/mer » (si l’on veut qu’un building paraisse grand on le prend à côté d’un petite maison ou d’une voiture, pour renforcer l’impact d’un paysage ou d’un ciel c’est un peut le même principe).

 

Regle_Tiers_2:3sol-1:3ciel

-2/3 pour le « sol » et 1/3 pour le ciel:

On prend les mêmes et on recommence. Si l’on souhaite capturer et mettre en valeur un beau paysage, nous lui laisserons les 2 tiers inférieurs de notre cliché.

En laissant ainsi 1/3 de l’image au ciel(/mer) on met en valeur notre paysage, alors quand lui donnant tout le cadre il y à de grandes chances que celui-ci perde en intensité/intérêt.

 

Regle_Tiers_1:3sol-2:3ciel

-1/3 pour le « sol » et 2/3 pour le ciel:

L’on peut également jouer sur les règles et renforcer notre sujet « le sol » en laissant les deux tiers supérieurs au ciel. Ainsi, l’immensité d’un ciel pourras venir renforcer l’impact de notre sujet (impression d’immensité), mais dans ce cas il sera important que le ciel soit neutre, qu’il n’attire pas le regard (ciel totalement dégagé, uniforme…).

Les points forts d’une photo:

Comme cité au début du chapitre précédent, il ressort 4 point d’intersection du quadrillage de la règle des tiers. Ces quatre point ou ce croisent les lignes sont les points fort de l’image. Ainsi, tout élément qui sera au niveau d’un de ces points attirera forcément l’oeil du lecteur. Celui-ci gagnera en impact.

Et oui, qui l’eu cru. Qu’un simple quadrillage puisse avoir autant d’importance dans la composition, dans la force et l’équilibre d’une photo.

(il existe également d’autres règles comme la « règle d’or » pas mal utilisée en graphisme/conception ou l’utilisation d’un quadrillage par 4… mais la plus utilisée et reconnue en photographie reste la règle des tiers).

Les points forts seront particulièrement utilisés en photographie de portrait (mais pas que)

En photographie de portrait: 

Règle_Tiers_Portrait-Elo

  • Nous placerons ainsi autant que possible un ou deux des points forts supérieurs de l’image sur un (ou les deux) oeil (yeux) de notre modèle. Attirant ainsi l’oeil du lecteur indubitablement sur notre sujet principal.
  • N’ayez pas peur de décentrer votre modèle (en appliquant la règle précédente avec le sujet plus éloigné de l’appareil). Pour ne pas prendre le risque d’obtenir une photo bien trop classique.
  • Quand il n’est pas possible de positionner un oeil sur un des points forts, ou en complément, il est également bon de placer la ligne de force supérieure au niveau des yeux du sujet, toujours dans le même but.
  • Lorsque le sujet à le regard porté vers un des bords du cadre, préférez laisser environ deux tiers de l’image libres (espace entre le point fort sur l’oeil du sujet et le bord de l’image). En laissant ainsi « de la place au regard » votre photo ne paraitra pas étouffée. 

Règle_Tiers_Portrait-regard

Dans les autres styles photo:

De manière plus générale, utilisez les points forts pour y positionner vos sujets principaux/les éléments importants de vos images. N’hésitez pas à faire des tests, vous verrez que dans la très grande majorité des cas, l’application de la règle des tiers vous permettra d’obtenir de bien meilleurs clichés.

Si jamais en lisant tout ça vous vous dites, qu’une simple règle (fondée sur les travaux de peintres, portraitiste et finalement décrite clairement au travers de divers ouvrages) ne peut pas être juste aux yeux de chacun (les gouts et le couleurs…)… Dites vous que depuis des siècles, la majorité des oeuvres artistiques se reposent sur cette règle des tiers ou la règle d’or (ou « divine proportion », qui lui est proche en plusieurs points). Que ce soit les peintures, photos, graphiques, logos, films…Ainsi, qu’elle soit pleinement fondée ou non, au fil des générations, les gens ce sont habitués à apprécier des oeuvre basées sur ces règles, qui ont finies par rentrer dans la définition d’une belle image au yeux et dans le subconscient collectif. 

De mon point de vue personnel, j’ai toujours trouvé que mes photos qui suivaient cette règle des tiers gagnaient en force et en cohérence et ce même bien avant de connaître en détail cette règle et la technique photo.

Un sujet primordial:

Bien que cela puisse paraître évident pour ceux qui pratiquent la photographie depuis un petit moment, en débutant l’on peux tomber dans le piège et louper quelques photos.

En photographie il est primordial d’avoir au moins un sujet précis.

Et si j’utilise le mot « précis », c’est qu’en regardant une photographie l’on ne dois pas avoir à chercher le sujet principal de celle-ci, notre oeil doit être attiré par lui, sans que l’on puisse ce tromper.

Quelle raconte une histoire, immortalise un instant, ou se veux purement artistique, une bonne photo n’as pas besoin de description.

Des protagonistes, un héros:

Que le « s » de « héros » ne vous induise pas en erreur, il ne peux y en avoir qu’un !                         Cela en est de même pour un sujet principal dans une photo.

Autant qu’une photographie sans sujet, une photographie sans sujet principal (qui sort du lot, qui ce détache) ne sera quasiment jamais bonne.

En la regardant, notre oeil vas commencer par survoler l’image à la recherche de point d’accroche, mais n’en trouvera pas. Et si la photo comporte bien des sujets distincts, notre oeil vas survoler l’image, commencer à relever des sujets, refaire un passage pour essayer d’en trouver un qui ce démarque, mais en vain. Ainsi l’on obtient une image qui malgré le fait de contenir pleins de sujets, parait vide.

« Je veux immortaliser un couple, mais vous dites qu’il ne peux y avoir qu’un seul sujet principal, comment faire ?  »

Il ne peux y avoir qu’un seul sujet principal, certes et ce serait dommage de reléguer un de ces deux amoureux au rang de sujet secondaire. Mais un groupe de personnes/d’éléments peux représenter un sujet principal. Si ces deux personnes « n’en font qu’une », et s’il ont la même place dans le cliché ils peuvent tout deux représenter le sujet principal, « Le couple ».

Sujet principal et sujet(s) secondaire(s):

Nous pouvons utiliser un sujet secondaire pour mettre en valeur notre sujet principal.

Il s’agit toujours ici donner la part belle à notre sujet principal, en lui donnant la place qu’il mérite dans le cadre, mais cette fois-ci nous utiliseront un élément secondaire (de moindre importance), pour renforcer l’impact de notre vedette.

Quand nous parlions de la règle des tiers et de la photo de paysage, la partie qui n’occupait qu’un tiers de l’image (le sol qui fait ressortir le couché de soleil, le ciel qui renforce le paysage…) était le sujet secondaire de notre image. 

Si vous souhaitez photographier un sujet « imposant » comme la mer ou le ciel, sans laisser un tiers de l’image à son second, pensez tout de même à intégrer un sujet secondaire pour fournir un point de repère. Un oiseau, un bateau, un rocher ou un avion pourraient faire l’affaire par exemple.

Rendre ses paysages vivants:

Enfin, si vous photographiez un lieu dénué de vie, d’activité (les plantes ne comptent pas), n’hésitez surtout pas à y intégrer une personne ou un animal !

En effet,

la simple présence d’un éléments représentant la vie / l’activité dans une photo la rend plus attrayante, plus vivante.

Intégrez une ou des personnes à votre photo ou faute de mieux un animal ou encore un objet courant qui rappellera des activités à chacun (un kayak au bord d’une splendide rivière, un téléphone dans le coin d’un central…).

Pont_de_Mai_2016-172

Pas besoin de leur donner trop de place, vous pouvez les intégrer au paysage, il est juste nécessaire de les voir et qu’ils ne volent pas la vedette à votre sujet principal.

En effet, en dehors des règles de composition purement graphiques, tout les sujet n’ont pas le même impact, la même force. Il y à de forte chance qu’un humain attire plus l’oeil (que fait il, ou regarde t’il, ou est-il…) que beaucoup d’autres sujets, même si vous leur donnez la même place dans votre cliché.

La théorie et la pratique:

Maintenant que vous avez, tout comme moi il y à quelques années, appris les principes de base de la photo il est temps de pratiquer, pratiquer, pratiquer. Vous apprendrez ainsi à les maitriser au mieux et à les adapter à votre propre style afin de devenir fier de la majorité de vos photos.

Venez partager avec nous les progrès que vous avez fait en apprenant les principes de base de la photo (que ce soit ici ou ailleurs). Conseillez-vous comme moi, de les apprendre afin de s’améliorer, ou avez-vous trouvé votre bonheur ailleurs, autrement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *